Pour des OPCA d’avenir !


La réduction du nombre d’OPCA sur le territoire (RFP 2004), la modification substantielle du rôle de ces associations paritaires (RFP 2014) et le bouleversement du marché pas comme les autres de la formation continuent à faire naître un certain nombre d’inquiétudes :

 

- au sein des collaborateurs des OPCA et OPACIF (en central ainsi qu’au sein des réseaux locaux interprofessionnels ou de branches), 

- aux adhérents (en particulier sur le segment PME-PMI) ;

- ainsi qu’aux organismes de formation (certification qualité, refonte drastique des offres de formation focalisées désormais sur les dimensions certifiantes ou diplômantes). 

- aux financeurs ainsi qu’aux managers de projets locaux : Union Européenne, Etats, DIRECCTE, Régions, Pôle Emploi, AGEFIPH, APEC, POLE EMPLOI, AFPA, CARIF, … Parfois concurrents entre eux sur le territoire dans la mise en oeuvre des politiques pour l'emploi…

 

De son côté, le marché des établissements d’enseignement supérieur est en train de se transformer drastiquement. Les M&A se développent (fusions/Acquisitions). Des fonds d’investissement français et étrangers s’y intéressent de plus en plus et cherchent à constituer de grands groupes à même d’affronter une concurrence mondialisée. Nous sommes proches d’une bulle spéculative prête à exploser si un Google et son big data s’alliaient à un opérateur de renom comme Stanford (dixit un dirigeant d’école consulaire…).

 

Du côté universitaire, les universités se rapprochent enfin pour tenir tête aux compétiteurs privés et être lisibles et visibles des étudiants, salariés en reprise d’études et entreprises.

 

Du côté des bas niveaux de qualification, l’AFPA va troquer son statut associatif pour celui d’établissement public dans le giron du service public de l’emploi et filialiser son activité sur le marché concurrentiel des entreprises. Cela suffira-t-il pour redresser cette institution désormais publique et quels impacts sur la libre concurrence européenne ?...

 

Le reste du marché de la formation au niveau mondial oscille entre modalités de formation gratuites et payantes. La disruptivité technologique étant passée par là, nous sommes bien loin du schisme très français entre formation en salle et à distance (cf. blended learning et FOAD - Formation Ouverte et A Distance). Le elearning a laissé place à des plateformes technologiques totalement ouvertes aux capsules vidéos et contenus participatifs (Mooc, Cooc, Ted X, etc.).

 

Dans ce contexte, garantir la qualité, le développement et l’intégrité des OPCA dans le respect des valeurs fondatrices et des orientations définies par leur conseil d’administration semble fondamental. Il s’agit de stabiliser une logique long terme au service de l’emploi et de la formation plutôt qu’une vision court termiste et destructrice de valeurs économiques et sociales sur les territoires.

 

2017 (si l’on obère un possible et probable revirement de la politique de formation professionnelle française à partir de mai 2017 par l’ex-ministre du travail porteur de la RFP 2004…) ne sera pas une année de plus pour la formation professionnelle. Il conviendra d’être irréprochable sur 2 plans :

 

- en endogène : management des activités, des équipes et des changements, optimisation de l’organisation, des processus, du système de management, optimisation de la qualité des services adhérents/clients. Cela impliquera immanquablement l’association de tous les acteurs stratégiques et terrain au service du sens, de l’action et des résultats.

- en exogène : il conviendra de poursuivre la montée en puissance des activités, de donner du sens, de motiver et professionnaliser les équipes locales au regard.

 

L’avenir appartiendra ainsi :

- aux managers de réseaux Formation et Conseil (B to B) à Paris et en région, maîtrisant parfaitement les dispositifs de la formation professionnelle, les enjeux, les acteurs paritaires et institutionnels, les circuits de financement.

- aux agents du changement qui garantiront la mise œuvre de stratégies paritaires en impliquant et fédérant les équipes autour notamment de processus de fusions parfois à finaliser. 

- aux développeurs humanistes, enrichissant et professionnalisant les équipes, et qui n’en seront pas moins des gestionnaires efficients sur le plan financier et matériel dans le cadre de contributions définies et transparentes avec leur hiérarchie. 

- aux passionnés de la pédagogie, prenant plaisir à accompagner des communautés paritaires jusqu’à la mise en place de partenariats institutionnels transversaux avec des équipes publiques comme ici : http://goo.gl/sXVSN1 .

 

Toujours au service du business et des talents !