Entreprise libérée, entre mythe et réalité


Lors d'un récent dîner parisien, une Reponsable du recrutement d'un très grand ´ cabinet de conseil en digital ´ me dit fièrement, d’un air hautain confondant, du haut de ses 10 centimètres de talons (facilitant certainement la prise de hauteur de vue)  : ´ nous sommes une entreprise libérée ‘.

 

La punch line était ainsi lancée ; mon interlocutrice fière et curieuse de l’effet informel sans doute provoqué par ses mots, me dévisageait attendant ma réaction, aussi habilement désarçonné.

 

J'adore ce genre d'affirmations péremptoires ; c'est en effet le meilleur terrain pour un débat intéressant ;) Les mots ayant un sens… les maux engendrés par le non-sens en nos organisations transformées aussi.

 

Je feins la curiosité devant tant de disruptivité au sein d’un système de management inédit... L'interroge sur les enjeux, le contenu et… le contenant : qui objective ? Qui évalue ? Le chef de projet ? Avec l'aide des responsables de PNL ? Mais pour trancher, ce sont les associés qu'il s'agit de solliciter ... En gros, rien de nouveau ici-bas : du management transversal, vite recardé par un N+1 New generation et, dès qu'il est question ' d’entrer dans le dur ', de discuter bout de gras et partage de la valeur ? Allons chercher bonheur chez l'associé ! Logique me direz-vous, mais plus que centenaire comme idée disruptive non ?

 

Vous me voyez venir ? J'en ai profité pour lui demander la nature de la structure capitalistique de cette entreprise ´ libérée ' (de quoi je ne sais toujours pas)... Sa réponse a été confondante de tarte molle : ´ C'est confidentiel, je n'ai pas le droit d'en parler ´. Surprenant pour une entreprise libérée qui conserve les tabous de l'ancienne génération, non ? ;) A moins de parler concret, comme ici : http://goo.gl/bj9BMm .

 

J'en profite pour essayer de rattraper mon interlocutrice qui est en train de se noyer dans une pâtisserie managériale un brin rance et… de se faire remarquer autour de la table par mes convives. Je prends ainsi des nouvelles de sa collègue pour prendre un virage plus ou moins négocié et ainsi la sauver par tant « d’innovations managériales ».

 

Sa réponse cinglante me laissa d'une grande perplexité, par tant d'aplomb suspendu dans le vide : ´ Ce n'est pas ma collègue mais ma subordonnée ! ´.

 

Entreprise libérée avait vous dit ? ;)

 

Toujours au service du business et des talents !